Région Atlantique English version

Véhicule électrique ou thermique : quel est le meilleur choix économique ?

En novembre 2021, un véhicule sur cinq vendu en France a été 100 % électrique ou hybride rechargeable. En réponse aux enjeux climatiques, le parc automobile accélère sa transition énergétique et les entreprises n’échappent pas à la tendance. Fiscalité, usages, politique RSE..., quels sont les éléments à prendre en compte pour choisir la motorisation de vos véhicules de société ? Les loueurs vous accompagnent dans vos arbitrages.

Garvin Lecaille
Publié le 17 décembre 2021
par Garvin Lecaille

Les entreprises prennent le virage de l’électrique

Un véhicule sur cinq vendu en Europe est désormais électrique. En France, sur les onze premiers mois de 2021, le cumul des hybrides et des 100 % électriques est supérieur au total des immatriculations essence. Dans le détail, les hybrides rechargeables s’affichent en hausse de 720 %, devant les hybrides simples (+ 280 %). Quant aux immatriculations 100 % électriques, elles progressent de 100 %. A l’inverse, les motorisations thermiques poursuivent leur plongeon par rapport à 2019. Les immatriculations essence reculent de 21 % et celles en diesel de 28 %.  Ces évolutions changent la donne pour les entreprises, qui doivent désormais définir leur politique automobile en poursuivant le triple objectif d’améliorer leur score en termes de CO2 (avec des normes antipollution de plus en plus sévères, chaque gramme de CO2 gagné compte), d’optimiser la charge financière et de fournir à leurs collaborateurs des véhicules adaptés à leurs usages.

Le véhicule électrique, idéal pour les déplacements quotidiens et en centre-ville

Au-delà de ses atouts environnementaux essentiels pour la qualité de l’air, les véhicules électriques présentent de réels atouts pour les entreprises, tant en termes d’usages que de coûts.

  • Le véhicule électrique permet de parcourir une moyenne de 300 km, soit une autonomie suffisante pour la majorité des trajets quotidiens.
  • Il offre un agrément de conduite exceptionnel avec un moteur conciliant puissance dès le démarrage et silence.
  • Il permet d’accéder sans restriction aux centres-villes, dans un contexte où 45 villes françaises de plus de 150 000 habitants vont mettre en place des zones à faible émissions mobilité (ZFE-m) d’ici 2025. Leur accès sera réservé aux véhicules les moins polluants, la vignette Crit’Air faisant foi.
  • Il bénéficie de places de stationnement gratuites dans de nombreuses municipalités.
  • Son coût à l’usage est faible. La maintenance est allégée et le coût d’entretien faible grâce à une mécanique plus simple. Moins de révisions sont nécessaires. Et, seuls, les plaquettes de frein, le train de pneumatiques et le liquide de lave-glace devront être remplacés.
  • Il répond aux objectifs des politiques RSE des entreprises et aux aspirations des salariés de réduire l’impact de leur activité sur l’environnement.
  • Il satisfait aux exigences de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) qui oblige les entreprises exploitant un parc de plus de 100 véhicules de faire entrer dans leur flotte des véhicules à faibles émissions dans une proportion minimale de 10% de leur renouvellement à partir de 2022. 
  • Il bénéficie d’un bonus à l’achat qui devrait s’établir à 5 000 euros à compter du 1er janvier 2022.
  • Il bénéficie d’une fiscalité avantageuse, alors que la loi de Finance 2022 abaisse le seuil de déclenchement du malus écologique à 128 g de CO2 émis par kilomètre en 2022 et 123 g en 2023.

Les véhicules émettant plus de 224 grammes de CO2 par kilomètre sont sanctionnés par un « super-malus » qui passe de 30 000 à 40 000 euros en 2022. Refondue, la taxe sur les véhicules des sociétés (TVS) laisse place à un barème fondé sur les émissions de CO2 et la taxe sur les polluants atmosphériques. Plus d'infos juste ici

La location, solution idéale pour tester l’électrique

Plutôt que d’acheter un véhicule électrique dont la technologie sera rapidement dépassée et la valeur à la revente aléatoire, il peut être plus intéressant de louer pour tester cette motorisation, sans engagement dans la durée.  Europcar Atlantique a fait évoluer sa flotte qui intègre de plus en plus de véhicules électrifiés et comprend notamment : 

  • Des citadines électriques, comme la Renault Zoé, la Peugeot e-208 et l'Opel e-Corsa,
  • Des économiques, comme la Fiat 500 ou la Renault Clio hybrides,
  • Des compactes, comme la Toyota Corolla automatique hybride,
  • Des breaks, comme le Toyota Corolla Break hybride,
  • Des berlines, comme la Citroën Ë-C4,
  • Des SUV, comme l’Opel GrandLand Hybride, la Lexus NX 300 Hybride ou encore le SUV Kia e-Niro qui atteint 455 km d’autonomie électrique.

Toutes nos locations de voitures électriques incluent une recharge complète, ce qui signifie que vous n’avez pas besoin de recharger votre véhicule avant de le restituer en fin de location.

Le véhicule thermique pour les longs trajets

Le véhicule thermique, essence ou diesel, reste adapté pour une utilisation régulière sur de longs trajets, avec un minimum de 15 000 km parcourus par an pour le diesel. Les véhicules thermiques, essence ou diesel, ont bénéficié d’innovations technologiques pour améliorer leur performance et en réduire les émissions de CO2.

Les plus d’Europcar Atlantique

Pour répondre à la diversité des besoins et usages de ses clients, Europcar Atlantique propose à la location une flotte de 6 000 véhicules, à travers un réseau de 64 points de ventes dans l’Ouest. Ce parc comporte un vaste choix de véhicules particuliers et plus de 2 000 véhicules utilitaires. Tous nos véhicules sont récents, bien entretenus et faiblement émetteurs de CO2.

Experts en mobilité d’entreprise, nous vous aidons à trouver les solutions automobiles, électriques ou mixtes, qui vous correspondent.