Région Atlantique English version

Les indemnités kilométriques, bonne ou mauvaise idée ?

Pour organiser les déplacements professionnels de ses collaborateurs, le chef d’entreprise a le choix entre deux options : leur fournir un véhicule ou leur demander d’utiliser les leurs moyennant le versement d’indemnités kilométriques (IK). Cette solution mérite cependant d’être challengée au vu de ses inconvénients. Explications.

Garvin Lecaille
Publié le 19 novembre 2019
par Garvin Lecaille

Les indemnités kilométriques, comment ça marche ?

Lorsqu'un collaborateur utilise son véhicule personnel dans un cadre professionnel, l’entreprise lui verse des indemnités, dont la valeur correspond généralement au barème kilométrique établi chaque année par l’administration fiscale. Ce barème prend en compte :

  • Le kilométrage remboursé sur l’année.
  • La puissance fiscale du véhicule.
  • Le moyen de transport utilisé (voiture, scooter…).

Simple en apparence et permettant de faire l’économie de l’achat de véhicules par l’entreprise, les IK comportent cependant des inconvénients. Ceux-ci doivent être pris en compte dans la réflexion sur l’organisation et le financement de la mobilité professionnelle.

La gestion des indemnités kilométriques est lourde et chronophage

  • Pour le collaborateur qui doit rassembler les justificatifs, calculer la note de frais et la formaliser, avant de la transmettre à la comptabilité.
  • Pour l’entreprise qui doit la contrôler, corriger les éventuelles erreurs, rechercher les justificatifs manquants, puis la mettre en paiement.

Selon une étude réalisée par HRS et la fondation GBTA, le temps global estimé d'une note de frais est de 20 minutes et revient à 53 €.

Le calcul des indemnités kilométriques s’avère complexe à l’usage

Le barème fiscal ne s'applique pas par trajet, mais en regardant la distance totale parcourue depuis le début d'année. A partir de 5 001 km, une somme forfaitaire (ex : 1 188 € pour un véhicule de 5 CV) doit être versée au collaborateur pour compenser la baisse du taux de remboursement kilométrique.

Les coûts cachés des IK

L’indemnisation kilométrique suppose que le collaborateur qui utilise son véhicule à titre professionnel souscrive un complément d'assurance pour son véhicule. En effet, un contrat d’assurance classique ne couvre que les usages privés. L’assureur peut donc refuser l’indemnisation en cas d’accident lors d’un déplacement professionnel, si cet usage n’a pas été assuré.

IK ne rime pas avec RSE

L’IK contraint le collaborateur à venir à l’entreprise avec son véhicule personnel alors qu'il pourrait venir à vélo, à pied, en transports en commun ou en covoiturage.

Quid de la sécurité des collaborateurs et de l’image de l’entreprise

Avec les IK, l’entreprise ne maîtrise pas l'état du véhicule personnel du salarié et son niveau de sécurité. Or, l’employeur a une responsabilité quant à la sécurité de ses collaborateurs : il doit leur mettre à disposition des moyens sécurisés pour se déplacer à titre professionnel. En cas de sinistre, la responsabilité de l’entreprise peut donc être engagée. Pour les mêmes raisons, l’image de l’entreprise transmise par les véhicules des salariés n’est pas maîtrisée.

IK versus location, on fait le match !

Chez Europcar Atlantique, nous sommes des professionnels de la mobilité. Nous proposons aux entreprises un service de location de courte durée (un, deux ou trois jours), soit au travers d’un accord tarifaire, soit ponctuellement en fonction des besoins. Voici quelques bonnes raisons de faire le test. En effet, avec nous, la location, c’est :  

Plus économique que les indemnités kilométriques

Compte-tenu des coûts de gestion qu’elles induisent, la location de courte durée est plus rentable que les IK au-delà de 60 km par jour.  

Plus de sérénité pour le dirigeant et les collaborateurs

Europcar Atlantique assure la livraison et la reprise des véhicules de location à votre entreprise depuis ses 64 points de vente réparties dans l’Ouest.

Plus de sécurité pour les conducteurs

Europcar Atlantique dispose d’un parc de 7 000 véhicules, récents, répondant aux normes de sécurités en vigueur, régulièrement révisés et contrôlés. Ce qui favorise la sécurité des collaborateurs en diminuant les risques d’accidents.

Plus écologique

  • Récents et bien entretenus les véhicules en location de courte durée rejettent moins de gaz à effet de serre dans l’atmosphère que les véhicules, potentiellement plus anciens, des collaborateurs.
  • Par ailleurs, les collaborateurs ne sont plus obligés de venir à l’entreprise avec leur véhicule. Ils ont la possibilité d’emprunter des modes de transport doux pour effectuer le trajet domicile travail.

Plus de conseil

Nos experts en mobilité écoutent vos attentes, analysent vos besoins et vous accompagnent dans la recherche de la solution de mobilité optimale pour vos déplacements professionnels.